La dermatite atopique sur peau brune

16 Octobre 2015
eczéma atopique et peaux brunes et noires

Dr Daniel Wallach

Peau blanche, peau sombre, peau noire

La pigmentation est une fonction importante de la peau. Elle repose sur des bases génétiques, et dépend aussi de facteurs acquis, dont les expositions solaires. Elle est aussi perturbée par de nombreuses maladies de peau.

Toutes les teintes de peau existent naturellement, depuis le blanc laiteux jusqu’au noir, avec toutes les nuances intermédiaires.

Pour les dermatologues, le plus important, ce n’est pas la couleur de la peau, c’est le phototype, qui mesure la fragilité vis-à-vis des expositions solaires. Le tableau indique la classification dite de Fitzpatrick, un célèbre dermatologue américain. Les phototypes V et VI correspondent à la peau brune et à la peau noire.

Les types de peau selon Fitzpatrick, ou phototypes

TypeCoups de soleilBronzage
IToujoursJamais
IIToujoursJamais
IIIRarementRarement
IVJamaisToujours
VMéditéranéen, asiatique, indien 
VINoir 

Mais la pigmentation n’a pas seulement une dimension de photoprotection, elle a aussi une résonance psycho-sociale. On parle parfois de races, d’ethnies, d’ethnicité, plutôt que de phototypes. Dans de nombreuses cultures, la couleur de la peau a une importance telle que beaucoup de personnes cherchent à l’éclaircir, ce qui occasionne parfois de sérieux problèmes.

Donc la pigmentation est importante, et elle peut aussi modifier l’aspect de certaines maladies de peau. C’est le cas de la dermatite atopique, qui atteint des enfants et des adultes de toutes couleurs de peau.

Nous allons donc examiner ici les caractéristiques de la dermatite atopique sur les peaux « non blanches », plus ou moins foncées, du brun au noir.

Pour le diagnostic, les peaux brunes n’ont pas de particularité

De nombreuses études épidémiologiques ont été menées sur la fréquence de la dermatite atopique dans de nombreuses populations, incluant des populations à peau brune, vivant en Afrique, aux USA, ou en Europe. Les résultats sont variables, mais la conclusion générale est que la fréquence de la dermatite atopique est aussi élevée dans toutes les populations, quelle que soit le pays considéré et la couleur de la peau. Les recours aux soins sont plus fréquents dans certains groupes, mais c’est probablement autant dû à des considérations sociales qu’ethniques.

Donc, il y a autant de dermatites atopiques sur peau blanche (on dit parfois caucasienne) que sur peau asiatique ou hispanique ou africaine ou polynésienne.  

Actuellement, pour diagnostiquer une dermatite atopique, on utilise les critères définis par le groupe britannique dirigé en 1994 par le Pr Hywel Williams.

Quels sont ces critères ?

  • D’abord et avant tout, un prurit chronique. Sans démangeaisons, sans grattage, pas de dermatite atopique,
  • Une atteinte des plis,
  • Des antécédents personnels ou familiaux d’asthme ou de rhume des foins,
  • Une peau sèche,
  • Un eczéma visible, en général suintant,
  • Le début avant l’âge de deux ans.

On le voit, pas question de couleur dans ces critères, et un enfant qui se gratte avec la localisation des plis caractéristique, quelle que soit la couleur de sa peau, a habituellement une dermatite atopique.

Certains signes cliniques sont modifiés sur peau brune

La dermatite atopique comporte un certain nombre de signes cliniques qui sont bien analysés dans le score SCORAD, utilisé depuis plus de 20 ans.

Ce score repose sur l’intensité de cinq signes cliniques, auxquels on ajoute en, général l’évaluation de la sécheresse de la peau. 

Certains de ces signes sont à peu près les mêmes quelle que soit la couleur de la peau :

  • L’épaississement de la peau, ou œdème,
  • Le suintement,
  • Les excoriations,
  • La sécheresse, qui s’apprécie surtout au toucher.

Mais deux signes ne sont pas les mêmes sur peau blanche et sur peau brune :

  • L’érythème, ou rougeur. La rougeur ne se voit vraiment bien que sur peau blanche. Si la peau est peu pigmentée, avec un bon éclairage, on la voit encore. Mais sur peau noire, on la distingue mal.
  • La lichénification. Il s’agit d’un épaississement de la peau dû à un grattage chronique. Sur peau blanche, on voit un épaississement rose ou rose foncé, une sécheresse, et un quadrillage superficiel. Sur peau brune, il existe en général une hyperpigmentation qui donne à cet épaississement un aspect plus foncé que la peau alentour. On voit aussi des lichénifications un peu particulières, par exemple faites de petites papules isolées les unes des autres.   

La pigmentation est une fonction fragile

La couleur normale de la peau, qui dépend de la fonction de mélanogenèse (fabrication de mélanine, le pigment de la peau), est fragile et peut être modifiée par de nombreuses causes. La mieux connue est l’exposition solaire, qui stimule la pigmentation.

On sait que le bronzage est esthétiquement apprécié par les personnes à peau blanche. Cela les expose à un vieillissement accéléré de la peau et augmente leur risque de cancers, mais c’est un autre problème.

Dans les populations à peau asiatique ou brune au contraire, le bronzage n’est pas du tout recherché, puisque la plupart des personnes souhaitent avoir une peau aussi claire que possible.

C’est pourquoi les troubles de la pigmentation (dyschromies) secondaires aux maladies de peau comme la dermatite atopique sont particulièrement mal vécus par les patients, et les parents des enfants atteints. Il faut donc tout faire pour les minimiser.

Dermatite atopique et hyperpigmentation

L’inflammation et le grattage stimulent la pigmentation. Un simple grattage, même sans eczéma, peut entraîner des plaques brunes, par exemple au niveau du dos.

Les lichénifications d’eczéma sont souvent hyperpigmentées sur peau brune. Ces hyperpigmentations sont transitoires et le traitement les atténue progressivement. Ici les dermocorticoïdes ont un effet favorable à la fois par leur action anti-inflammatoire et par leur action dépigmentante, qui est pourtant un effet secondaire. On sera donc attentif à ne pas les utiliser trop longtemps.

Dermatite atopique et hypopigmentation

Dans certains cas, l’inflammation n’entraîne pas une hyperpigmentation, mais au contraire une dépigmentation, qui peut être claire ou totalement blanche. A vrai dire, aujourd’hui on ne sait pas vraiment pourquoi certaines maladies de peau sont pigmentogènes (acné, lichen plan, …) et d’autres dépigmentantes (dermite séborrhéique, eczématides, parapsoriasis en gouttes, ...). De toute façon, dans la dermatite atopique, les deux situations existent.

Les dépigmentations post-inflammatoires peuvent être bénignes et transitoires. C’est le cas des eczématides achromiantes, ou pityriasis alba, ou encore dartres, qui se voient sur le visage des enfants et sont particulièrement fréquentes chez les enfants atopiques. Chez les enfants à peau brune, cela donne des taches claires à limites floues, parfois finement squameuses, siégeant le plus souvent sur les joues.

Parfois ces dépigmentations sont plus intenses et plus durables. Dans certains cas de grattage très prolongé, il se produit des dépigmentations totales, qu’on appelle vitiligoïdes, notamment sur les jambes. Elles sont rares, et ne s’observent que dans les dermatites atopiques graves de l’adulte.    

Dermocorticoïdes et pigmentation

Les dermocorticoïdes sont anti-inflammatoires et une utilisation correcte de ces médicaments constitue la meilleure prévention contre les conséquences des eczémas prolongés, y compris les troubles de la pigmentation.

Mais les dermocorticoïdes ont également une propriété dépigmentante, qui n’est pas seulement liée à leur activité anti-inflammatoire.

Par exemple, les personnes adeptes de la dépigmentation volontaire se dépigmentent la peau en utilisant des dermocorticoïdes forts, en dehors de toute indication raisonnable et au risque de complications.

Dans le cas de la dermatite atopique, on sait que la crainte irraisonnée des dermocorticoïdes, appelée corticophobie, est un problème fréquent. Un des éléments de cette corticophobie est la crainte des dépigmentations.

En fait, priver un enfant du traitement dermocorticoïde efficace, c’est l’exposer aux conséquences des eczémas et des grattages chroniques, dont à des troubles de la pigmentation, d’autant plus visibles que l’enfant a la peau brune. Donc, la crainte des troubles de la pigmentation est une raison supplémentaire d’utiliser les dermocorticoïdes.

Bien entendu, ce traitement doit être surveillé et limité dans le temps. On évitera ainsi les dépigmentations, et on préservera au mieux l’homogénéité de la couleur de la peau.

Et les autres traitements ?

Les dermocorticoïdes constituent le principal traitement de la dermatite atopique.

Le tacrolimus (inhibiteur de calcineurine) est bénéfique par son effet anti-inflammatoire. Son effet sur la pigmentation est complexe et probablement très faible, mais il semble opposé à celui des corticoïdes. Ainsi le tacrolimus est utilisé dans le traitement de certaines dépigmentations. Cependant on ne peut pas le considérer comme un inducteur d’hyperpigmentations.

Dans certains cas de dermatite atopique grave de l’adolescent et de l’adulte, on peut recommander des photothérapies. Mais ce traitement n’est habituellement pas indiqué chez les personnes à peau sombre, surtout si elles ne souhaitent pas avoir une hyperpigmentation.

En conclusion

La dermatite atopique est fréquente dans toutes les populations, quelle que soit la couleur de la peau. Mais chez les personnes à peau brune, l’inflammation peut entraîner des troubles de la pigmentation. Il faudra donc être particulièrement attentif à traiter efficacement et précocement les poussées d’eczéma, pour limiter l’inflammation et ses conséquences. Et on sera évidemment attentif à ne pas abuser des dermocorticoïdes, qui peuvent avoir un effet dépigmentant.

Télécharger au format PDF :

Icône PDFdermatite-atopique-sur-peau-brune-et-noire-dr-wallach.pdf

Légendes des figures

Figure 1 : Dermatite atopique typique chez un nourrisson à peau brune. L’eczéma est facilement reconnaissable, même si l’érythème est peu visible.

Dermatite atopique typique chez un nourrisson à peau brune

 

Figure 2 : Plaque typique du bras, où un œil entraîné reconnaît l’érythème, sous une discrète hyperpigmentation. Noter la dépigmentation de l’abdomen, séquelle transitoire d’une poussée antérieure. Ce cas illustre bien la fragilité de la pigmentation, qui est affectée de diverses façons par l’inflammation atopique.

Dermatite atopique chez un enfant à peau brune

 

Figure 3 : Dermatite Atopique typique chez un nourrisson à peau noire.

 Dermatite Atopique typique chez un nourrisson à peau noire.

 

Figure 4 : Eczéma du pli des coudes, avec des dyschromies variées, en plus clair et en plus foncé.

Fig.4 : Eczéma du pli des coudes, avec des dyschromies variées, en plus clair et en plus foncé.

 

Figure 5 : Lichénifications hyperpigmentées, un aspect fréquent en cas d’eczéma chronique.

Lichénifications hyperpigmentées, un aspect fréquent en cas d’eczéma chronique.

 

Figure 6 : Lichénifications pigmentées des plis des coudes. Le contraste est particulièrement net avec la peau normale, relativement claire à la face antérieure des bras.

Lichénifications pigmentées des plis des coudes et dermatite atopiue peau noire

 

Figure 7 : Lichénifications pigmentées des plis du cou chez une adulte atopique.

Lichénifications pigmentées des plis du cou chez une adulte atopique.

 

Figure 8 : Variété d’eczéma dit papulo-vésiculeux, fait de petites papules isolées, particulièrement observé chez des personnes à peau brune. 

 

Figure 9 : Eczématides achromiantes.

Eczématides achromiantes.

 

Figure 10 : Plaque d’eczéma dépigmentée.

 Plaque d’eczéma dépigmentée.

 

Figure 11 : Cet aspect bigarré correspond à des eczématides achromiantes étendues.

Cet aspect bigarré correspond à des eczématides achromiantes étendues.