Le sport

Conseils et astuces pour pratiquer le sport en toute liberté !

Pourquoi les enfants atopiques font-ils moins de sport ?

La dermatite atopique n’est pas sans conséquence sur la qualité de vie de l’enfant. Il éprouve parfois des difficultés à montrer sa peau abîmée à ses camarades. Il a tendance à éviter les activités physiques collectives, d’autant que l’activité sportive en elle-même peut être un facteur déclenchant de poussée (chaleur, action irritante de la sueur, etc.)

.enfants atopiques et sports

Dans une étude récente menée sur Internet par la Fondation pour la Dermatite Atopique, 92% des enfants pratiquent une activité sportive à l’école ou en club, alors que ce pourcentage n’est que de 78 % chez les enfants souffrant de dermatite atopique. En effet, chez ces derniers, l’activité physique peut être source d’inconfort (figure 2) ; il est alors difficile de persévérer. Pourtant, l’activité physique et la pratique d’un sport sont essentielles au développement de l’enfant et quelques simples précautions peuvent éviter gênes et petits désagréments.

natation et eczéma atopique

Natation et dermatite atopique      quelles précautions prendre pour la baignade?

 

Pourquoi le sport est essentiel pour bien grandir ?

Les bienfaits d’une activité physique et sportive régulière ne sont plus à démontrer, en particulier durant l’enfance et l’adolescence. Développement physique, bien-être psychologique, connaissance de soi ou encore relation à l’autre, les bénéfices sont présents à bien des niveaux.

Du sport pour développer le corps

Les enfants ont un besoin irrépressible de dépenser leur énergie en associant plaisir et bien-être. Cela tombe bien, car l’activité physique est indispensable au développement des muscles et du squelette, ainsi qu’au maintien d’un équilibre staturo-pondéral.

Par ailleurs, l’hormone qui stimule la croissance des tissus est sécrétée durant le sommeil. Or, le sommeil des enfants atopiques est souvent perturbé par les douleurs ou les démangeaisons.

Une dermatite atopique sévère durant la petite enfance peut ainsi conduire à un retard staturo-pondéral et à des physionomies très minces.

En régulant le sommeil et en stimulant le développement musculaire et osseux, l’activité physique peut atténuer ces phénomènes.

Enfin, chez les adolescents qui ont tendance à passer de longues heures devant leurs ordinateurs, consoles et autres écrans, le sport est un bon moyen de lutter contre la sédentarité et de mettre en place les réflexes d’une bonne hygiène de vie.

Du sport pour être bien dans sa peau

Chez un enfant atopique, la pratique d’une activité physique et sportive est aussi un bon moyen de détourner son attention vers l’extérieur et donc d’être moins obnubilé par ses problèmes de peau.

À la clé, un stress plus facilement évacué au quotidien et une meilleure concentration à l’école. Qu’il soit pratiqué pour la performance ou seulement pour le plaisir, le sport encourage l’esprit d’équipe. Il permet de développer son sentiment d’appartenance à un groupe et donc de créer sa propre identité.

L’enfant se confronte à ses copains dans les sports collectifs, et à ses propres capacités dans les activités individuelles. Les endorphines, ces hormones libérées par le cerveau pendant et après l’effort, sont également de très bons alliés contre le stress.

Quelques précautions : Il est vrai que la transpiration peut provoquer des démangeaisons, voire des poussées, mais cela peut être évité par quelques mesures simples. Prendre une douche immédiatement après l’effort permet d’évacuer les substances irritantes présentes dans la sueur. En pratique, compter jusqu’à 30 sous l’eau tiède ou fraîche pour que cela soit efficace. Il est conseillé d’utiliser un nettoyant sans savon et sans parfum. Il suffit ensuite d’appliquer une crème émolliente sur l’ensemble du corps et d’enfiler des vêtements propres et secs, et le tour est joué !
   

enfants, eczema atopique et sports

La peur de se montrer

L’aspect rouge de la peau peut gêner l’enfant qui craint d’être stigmatisé et de se montrer aux autres enfants. Mais cela ne doit pas constituer un frein à la pratique d’une activité physique.

Les parents doivent expliquer au professeur du collège ou au moniteur de sport ce qu’est l’eczéma, sa non-contagiosité et le minimum de précautions à prendre.

Il faut aussi expliquer à l’enfant que chaque personne a ses différences et l’aider à accepter les siennes. Dans le cas de l’eczéma, la peau est rouge et cela se voit, mais ce n’est qu’une simple différence comme certains sont blonds et d’autres bruns …

 

 

Comment éviter les petits désagréments liés à l'activité physique ?

Transpiration, chaleur, vêtements ou produits de toilette inadaptés peuvent aggraver les peaux atopiques si l’on n’y prend garde. Quelques précautions permettent d’éviter picotements, démangeaisons ou poussées d’eczéma, afin de profiter pleinement de son activité sportive.

Minimiser l’effet irritant de la sueur

La sueur est produite par les glandes sudoripares qui participent à la thermorégulation naturelle. Ces glandes sont plus abondantes au niveau du front, de la paume des mains, de la plante des pieds ou encore des aisselles.

Constituée essentiellement d’eau et de sels minéraux, la sueur possède un pH acide (entre 4 et 6) et sa teneur en chlorure de sodium est responsable de l’effet piquant sur la peau. Pour éviter cette sensation désagréable, il faut favoriser l’évaporation et pour cela porter des vêtements amples, en coton, ou des vêtements de sport spécifiques pourvus de zones d’aération permettant d’évacuer la chaleur.

athletisme et eczema atopique

 

chaleur, eczéma et sports

Évacuer la chaleur

La chaleur provoque une dilatation des vaisseaux (rougeur), augmente la production de sueur et donc le prurit.

Comment l’éviter ?

Tout d’abord, en ne pratiquant pas une activité sportive en plein soleil et en n’oubliant pas de boire régulièrement (toujours conserver une petite bouteille d’eau avec soi).

Puis, dès que la chaleur se fait sentir, utiliser un spray d’eau thermale. En s’évaporant, l’eau fera baisser la température cutanée.

S’entraîner progressivement permet à l’organisme de s’adapter et constitue la meilleure façon de prévenir les excès de chaleur. En période de poussée d’eczéma, mieux vaut éviter les sports demandant des efforts intensifs.

Utiliser des vêtements adaptés

vetelents eczema atopiquePlusieurs types de vêtements sont adaptés à la pratique sportive : les tenues en coton, choisir une taille au-dessus pour réduire le contact avec la peau, de préférence avec des coutures extérieures, ou des vêtements de sport en polyester léger.

Quelle que soit la tenue, il est indispensable de la laver après l’avoir achetée avant de la porter. Penser à couper toutes les étiquettes (dans le cou ou sur le côté) pour éviter les irritations.

Les vêtements doivent être lavés après chaque utilisation (ne pas les oublier dans son sac !).

Pour l’entretien, les lessives liquides sont préférables aux poudres qui ont plus de mal à se dissoudre et doivent être bien rincées, deux fois si possible. On évitera aussi de sécher les vêtements à l’extérieur en période de pollen.

 

Appliquer le déodorant après l’effort plutôt qu’avant

Les antitranspirants contenant des sels d’aluminium sont à bannir. Mieux vaut privilégier les déodorants sans alcool et sans parfum.

Malgré ces précautions, sueur et déodorant peuvent provoquer des irritations.

La sudation étant un peu retardée par rapport à l’effort, il est préférable d’appliquer le déodorant après l’activité physique (et non avant), après la douche et une fois la peau bien séchée avec une serviette douce en polyamide.

Les crèmes, c’est contraignant … C’est pour les filles …

Il faut dépasser ces idées reçues et penser d’abord à sa santé et à son confort. La crème hydratante est indispensable. Elle peut être placée au réfrigérateur, si l’activité physique se pratique près de la maison, ou dans le sac de sport.

Les dermocorticoïdes doivent être appliqués plutôt le soir, ou le matin après la douche. Il faut étaler la crème en couche épaisse de façon à recouvrir l’ensemble de la lésion et faire pénétrer rapidement en massant.

Une crème barrière peut également être utilisée pour former une protection contre la sueur, l’eau de piscine ou l’eau de mer. Elle contient le plus souvent de la silicone qui va isoler la peau des agressions extérieures.

Conseils et astuces pour conserver le plaisir de bouger

Avant 

  • Appliquer une crème hydratante ou émolliente sur la peau avant de pratiquer un sport permet de constituer un film hydrolipidique protecteur.
  • Éviter les efforts très importants lors d’épisodes aigus de dermatite atopique pour ne pas accentuer le développement des rougeurs.
  • Choisir, de préférence, des sports permettant une bonne évacuation de la transpiration (éviter les tenues d’escrime par exemple).

Pendant

  • Porter des vêtements adaptés : en coton, choisir une taille au-dessus, ou des vêtements spécifiques.
  • Ne pas pratiquer en plein soleil.
  • Utiliser un spray d’eau thermale et penser à boire (par petites gorgées) durant l’effort.
  • Essuyer sa sueur avec des poignées en éponge ou une serviette douce et non avec son tee-shirt.

Après

  • Bien s’hydrater en buvant de l’eau minérale à volonté.
  • Attendre un peu avant de foncer sous la douche car la sudation est retardée par rapport à l’effort.
  • Se rincer abondamment à l’eau claire tiède (rester sous l’eau en comptant jusqu’à 30) et utiliser un gel nettoyant sans savon et sans parfum.
  • Bien sécher la peau sans frotter avec une serviette en cotondoux ou en microfibre.
  • Appliquer un émollient de type crème ou lait (même en hiver).
  • Utiliser le dermocorticoïde le soir sur les zones rouges.

 

l'avis du dermatologue sur l'eczéma et le sport