Mon enfant a de l’eczéma ? Informations données aux parents et utiles aux enseignants

30 Septembre 2015
couverture brochure "mon enfant a de l'eczéma" 2015

Nouvelle version de septembre 2015 rédigée par le Docteur Jacques ROBERT
Pédiatre - Allergologue
Centre Hospitalier LYON SUD

Comprendre l’eczéma

Le nom scientifique est Dermatite Atopique :

  • Dermatite = maladie inflammatoire de la peau
  • Atopique = dans 80% des cas l’enfant a hérité d’un terrain allergique (donc il y a d’autres allergiques dans la famille) et l’enfant lui-même peut développer une autre maladie à composante allergique (asthme par exemple)

Tout commence, nourrisson, par une peau sèche, qui devient « poreuse » et va se fissurer

mon enfant a de l'eczéma, peau sèche

Quels retentissements au quotidien ?

  • Les plaques sèches et inflammatoires de l’eczéma grattent énormément : on parle de prurit insupportable
  • Ce prurit envahissant sera cause de troubles du sommeil, d’un caractère irritable, parfois de difficultés scolaires
  • La chaleur, la sueur, le « stress »,aggravent les lésions et le prurit

Que peut-on faire contre les démangeaisons ?

Le grattage fait partie de la maladie, mais le plaisir qu’il procure est de courte durée. Il entraîne, par ailleurs, une aggravation des lésions et si les mains sont sales une surinfection est possible.

Parmi les alternatives au grattage on propose :

  • L’application de froid, avec des poches de gel gardées au réfrigérateur, réutilisables, fournies avec une housse en tissus, à appliquer sur les zones inflammatoires ;
  • La vaporisation d’eau thermale en flacon, lui aussi conservé au froid. Après la pulvérisation remettre de la crème émolliente ;
  • Le frottement superficiel avec des galets lisses, que l’enfant peut d’ailleurs emporter à l’école ; spontanément ces galets sont froids ;
  • Le massage avec des roulettes en bois ;
  • Le détournement de l’attention : chacun peut découvrir sa propre alternative comme écouter de la musique, gratter un doudou, masser une balle en mousse antistress ...

Les antihistaminiques n’ont pas fait preuve d’efficacité dans le prurit.

Et si c’était contagieux ?

  • L’eczéma est une maladie qui se voit, on la dit « affichante », mais elle n’est pas pour autant contagieuse, elle ne se transmet pas à un autre ;
  • Cependant cette peau fragile peut se surinfecter si le traitement de fond est oublié, si les mains sont sales et le prurit intense. Dans la majorité des cas les antibiotiques locaux ou généraux ne sont pas indiqués. Il faut rétablir la fonction barrière de la peau avec les traitements locaux ;
  • Le petit porteur d’eczéma est sensible aux virus de la peau, appelés virus dermotropes comme les verrues ou le molluscum contagiosum. En cas de varicelle, consulter votre médecin. Enfin si vous avez des « boutons de fièvre », c’est de l’herpès, n’embrassez pas l’enfant.

Quelle est l’évolution ?

  • En France, 15 à 20% des nourrissons sont porteurs d’une dermatite atopique, mais dans 80% des cas l’eczéma disparait en 3 à 6 ans ;
  • Il y a cependant un terrain familial et l’enfant peut développer des allergies: alimentaires, surtout nourrisson respiratoires, en maternelle : il s’essouffle, il tousse souvent, aux pleurs, à l’effort, ceci pouvant être les premiers signes d’un asthme. On conseille par précaution d’aérer la chambre matin et soir pour que la température n’excède pas 19° et d’en interdire l’accès aux animaux.

Quels sont les principes du traitement ?

La peau est sèche :traitements de l'eczéma par le dr robert

Il faut l’hydrater par des crèmes et pommades, émollients qui protègent la peau comme un film; ces topiques locaux donnés sans ordonnance sont à utiliser à la demande (plusieurs fois par jour)

La peau est inflammatoire :

Les parents (ou l’enfant s’il est autonome) doivent passer sur les lésions des anti-inflammatoires locaux :

  • Soit une crème avec un corticoïde (dermocorticoïdes)
  • Soit après l’âge de 2 ans, et si l’ eczéma est résistant aux dermocorticoïdes, un immuno-modulateur .Ce traitement très efficace nécessite un avis et des explications du médecin

Les dermocorticoïdes sont ils dangereux ?

  • Les dermocorticoïdes appliqués sur la peau n’ont pas les effets secondaires de la cortisone prise par la bouche ;
  • Ils sont appliqués 1 fois par jour, de préférence le soir et en bonne quantité, uniquement sur les lésions, jusqu’à guérison et dés la rechute ;
  • Ils sont très efficaces sur l’inflammation, les démangeaisons, l’insomnie, donc ils améliorent la qualité de vie du patient et hâtent la guérison ;
  • Le principal ennemi du porteur d’un eczéma est la crainte non justifiée des dermocorticoïdes !

Quels sont les rapports entre eczéma et allergie respiratoire ?

Le risque évolutif des enfants porteurs d’eczéma est de développer une maladie comme l’asthme ou le rhume des foins en devenant intolérant (on dit allergique) aux acariens, au poil animal, aux pollens …
 
On évoquera l’asthme :
  • Si l’enfant tousse souvent, surtout la nuit ou à l’effort ou de façon prolongée lors d’un  rhume banal (du à un virus)
  • S’il s’essouffle facilement en faisant du sport
  • Si l’on perçoit parfois une respiration sifflante ou difficile

Quels sont les rapports entre eczéma et allergie alimentaire ?

  • rapport entre allergie alimentaire et eczéma par dr robertLe nourrisson porteur d’un eczéma peut développer une allergie alimentaire (AA) s’exprimant par des signes cliniques( urticaire aigüe, troubles digestifs chroniques, pleurs inhabituels avec retard de croissance…) et confortée par un bilan (tests cutanés, tests biologiques, épreuves de provocation)
  • Certaines allergies alimentaires guérissent facilement (au lait de vache par exemple) d’autres sont tenaces ou définitives (arachide par exemple)
  • Cependant la plupart des petits malades atteints de cette dermatite n’ont pas d’allergie alimentaire

Faut-il un PAI ?

(Projet d’Accueil Individualisé)

Pas pour l’eczéma isolé

Le PAI est nécessaire si sont associées à la dermatite atopique une allergie respiratoire et/ou alimentaire :

  • Qui le demande ? Les parents.
  • Auprès de qui ? Du directeur de l’école.
  • Qui l’établit ? Le médecin scolaire.
  • En fonction de quoi ? Des directives du médecin traitant ou de l’allergologue.
  • Sur quoi débouche t-il ? Souvent sur des mesures d’éviction d’un aliment et sur les premiers gestes urgents en cas de symptômes.

Règles d’hygiène à l’école

regles d'hygiene à l'école chez un enfant atteint d'eczémaLe chaud est un facteur aggravant l’eczéma :

  • En classe ne pas laisser à l’enfant un pull, surtout en laine,
  • Insister pour qu’il n’ait pas de col roulé,
  • Ne pas le mettre prés du radiateur,

L’enfant a une peau sensible :

  • Certains savons seront caustiques pour lui (les parents peuvent fournir un gel sans détergeant pour le lavage des mains),
  • Certaines manipulations peuvent le sensibiliser (gants en latex, plantes comme le ficus, petits animaux et même pâte à modeler …),
  • Le chlore des piscines sera irritant (douche après la baignade, sécher en tamponnant, passer un émollient),
  • Après la récréation lui demander de  laver ses mains surtout si l’eczéma est en poussée. Le grattage avec des mains sales est source d’infection.

Soleil et eczéma font-ils bon ménage au printemps et l’été ?

  • Habituellement des expositions solaires modérées améliorent l’eczéma. D’ailleurs chez les adultes atteints on propose des séances de photothérapie, interdites chez l’enfant. Mais pas d’efforts intensifs sous le soleil qui ferait transpirer et aggraver les lésions.
  • Lors des sorties scolaires comme chez tout enfant, ne pas oublier les règles de prudence : pas d’exposition directe entre 12h et 16h, chapeau, lunettes, vêtements amples, crème de protection solaire à fort indice.

eczéma et soleil, conseils du dr robert

PDF-pictogrammon-enfant-a-de-l-eczema-dr-robert-2015-fr.pdf