Lexique de la Dermatite Atopique

Retrouvez ici le lexique de la Dermatite Atopique.
Cliquez sur une lettre et découvrez tous les termes associés et leur définition.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X
  • Lactobacilles

     
    Bactéries faisant partie de la flore intestinale normale, non pathogène. 
    De nombreux travaux ont étudié l’efficacité des Lactobacilles, et d’autres probiotiques (bactéries bénéfiques pour la santé), dans la prévention et le traitement de la dermatite atopique. Ils ont donné des résultats discordants, actuellement difficiles à interpréter. En pratique en tout cas, il ne faut pas compter sur l’administration de probiotiques (yaourtts, suppléments alimentaires) pour améliorer une dermatite atopique. 
     

  • Lait maternisé

     
    Les laits artificiels pour nourrissons sont le plus souvent à base de lait de vache.
    Les protéines et les lipides (matières grasses) de ces laits sont différents de ceux du lait maternel et ceci peut entraîner des intolérances. Dans les laits maternisés, la composition chimique se rapproche de celle du lait maternel.
    Il ne faut pas changer de lait à la légère, sans conseil médical. 
    Dans la dermatite atopique, des essais de laits contenant des protéines de lait de vache hydrolysées (coupées en petits fragments pour être mieux assimilées) ont été pratiqués. Les résultats ne sont pas concluants à l’heure actuelle. 
     

  • Langerhans (cellules de)

     
    Cellules de l’épiderme découvertes au 19ème siècle par Paul Langerhans, qui était à ce moment étudiant en médecine. Il s’agit de cellules dendritiques (de forme étoilée) qui jouent un rôle dans le déclenchement des réponses immunes, notamment dans l’allergie de contact. 
     

  • Lanoline

     
    Lipide complexe obtenu à partir de la laine de mouton, très utilisé en cosmétique pour ses propriétés hydratantes. 
     

  • Latex

     
    Substance complexe obtenue à partir de l’hévéa. Le latex est élastique et est à la base de la fabrication du caoutchouc. Le latex est susceptible de déclencher des allergies. 
     

  • Leiner-Moussous (maladie de)

     
    Autre dénomination de la dermite séborrhéique infantile (voir ce terme). Moussous était un pédiatre bordelais, Leiner un pédiatre allemand. 
     

  • LEKTI

     
    Inhibiteur de protéases, enzymes dégradant les protéines. L’équilibre entre les protéases et leurs inhibiteurs joue un rôle important dans la dermatite atopique, et dans des maladies proches, comme le syndrome de Netherton qui est dû à un déficit génétique de la molécule appelée LEKTI, une anti-protéase. Du fait de ce déficit, les protéases sont hyperactives et dégradent des protéines importantes pour la fonction épidermique. Il en résulte de nombreuses anomalies : état ichtyosique, inflammation
     

  • Leucotriènes

     
    Molécules lipidiques proches des prostaglandines, et intervenant dans l’inflammation, notamment de la peau. 
     

  • Lichénification

    Épaississement de la peau

  • Lipides épidermiques

     
    Les lipides épidermiques sont une partie importante de la couche cornée. On les compare au ciment entourant les « briques » que sont les cellules, ou cornéocytes. Les lipides épidermiques sont constitués de stérols, d’acides gras, et de céramides. Ils interviennent dans l’intégrité de la couche cornée, et donc dans la fonction barrière. Lorsque ces lipides sont altérés, la fonction épidermique est compromise et le rôle des traitements émollients est de la réparer. Dans la dermatite atopique, à côté des anomalies protéiques comme le déficit en filaggrine, des modifications des lipides épidermques jouent un rôle, mais celui-ci est encore mal connu. 
     

  • Loricrine

     
    La loricrine est une des protéines importantes de l’enveloppe cornée qui entoure les cornéocytes. Elle participe donc à la solidité de l’épiderme et à sa fonction barrière. 
     

  • Lotion

     
    Variété d’émulsion cosmétique de consistance liquide. Le terme « solution » en est pratiquement synonyme. 
     

  • Lymphocyte B

     
    Variété de lymphocytes dont la fonction essentielle est la fabrication d’anticorps (dont, entre autres, les IgE). B fait référence au fait que chez les oiseaux, ces lymphocytes se différencient dans un organe annexé au tube digestif appelé la bourse de Fabricius. On en connaît pas son équivalent chez l’homme. 
     

  • Lymphocyte T

     
    Variété de lymphocytes dont les fonctions essentielles sont l’immunité retardée (voir Hypersensibilité retardée) et la coopération avec les lymphocytes B qui produisent les anticorps. Il existe de nombreuses sous-populations de lymphocytes T, désignées par des marqueurs de surface (par exemple T CD4+) ou par leur fonction (par exemple, T-effecteurs, T-régulateurs). Les lymphocytes T qui stimulent les réponses immunes sont appelés T-helpers (qui aident). Dans la dermatite atopique, il est probable qu’existe un certain déséquilibre parmi les lymphocytes T-helpers (TH). Les lymphocytes TH2 prédomineraient sur les lymphocytes TH1, ce qui favoriserait la production d’IgE. En fait, l’immunorégulation dans la dermatite atopique est un domaine excessivement complexe et insuffisamment connu. Surtout que les troubles de l’immunorégulation ne sont pas indépendants des anomalies épidermiques. 
     

  • Lymphocytes

     
    Variété de globules blancs. Les lymphocytes sont les cellules principales du système immunitaire et interviennent à ce titre dans les défenses anti-infectieuses, les allergies, et toutes les autres fonctions du système immunitaire.  
     

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X